À propos

Malgré les 300 rappeuses professionnelles recensées récemment, les figures féminines du rap accèdent encore difficilement au premier plan, la preuve : Diam’s reste encore l’exemple le plus cité, même 10 ans après sa retraite. 

Mais en 2021, une nouvelle génération de rappeuses explose sur les réseaux sociaux, et comme celles qui les ont précédées, elles sont prêtes à briser les codes, dans une société qui commence à tendre l’oreille. 

Rappeuses en Liberté, conçu par Rafe Productions et lancé en partenariat avec Université Paris 8 Saint-Denis, cherche à soutenir l’émergence de cette nouvelle génération en offrant un an d’accompagnement pro à 360° à 3 d’entre elles pour faire avancer librement leur carrière. 

Pour créer la boîte à outils la plus complète, Rafe Productions s’est entouré d’un réseau de partenaires musicaux (Youtube Music, Centre National de la Musique, Sacem, Adami, Believe, Azimuth Productions, Studio des Variétés, RIF, Maad 93, salles partenaires), institutionnels (Département de Seine-Saint-Denis), médiatiques (le Mouv, RapFrActus, Daymolition) et privés engagés dans la musique (Puma, Crédit Mutuel et sa plateforme musicale RIFFX). 

L’idée de ce dispositif est née après la production d’une websérie digitale sur les rappeuses par Rafe Productions (visible ici). Dans ce programme, les jeunes artistes faisaient état de contraintes diverses liées à leur genre, du besoin de s’émanciper en termes d’image, de création, mais aussi du combat pour gagner en crédibilité auprès des professionnel.le.s de la musique et du public. 

Avec l’ ambition d’être une récurrence annuelle pour la détection et le soutien des rappeuses en France, Rappeuses en Liberté espère bien participer à cette émancipation. 

RAFE PRODUCTIONS
Rafe Productions a été fondée par Aymeric Pichevin, professionnel de la musique depuis 20 ans et à l’origine de nombre d’initiatives originales (guide de l’artiste entrepreneur en ligne, séries vidéo sur les métiers du rap, événements caritatifs musique et esport, concerts en appartement, awards dans le gaming…). Il est également professeur associé à l’Université Paris 8 Saint-Denis, où il décrypte, entre autres, les arcanes de la professionnalisation des artistes.